Validation scientifique de la théorie de l'Evolution de Darwin

Publié le par Kaye Jean-Claude

Les travaux de Darwin, publiés il y a 150 ans, et portant sur sa théorie de l'Evolution, restaient contestables jus-qu'il y a peu, bien que reconnus scientifiquement.

 

Contestables parce que Darwin avait basé sa théorie sur de longues observations certes, mais à défaut des moyens d'investigation modernes sur l'Adn que la Science possède aujourd'hui, Darwin avait lui-même présenté sa théorie comme restant ouverte avec de nombreuses interrogations restées sans réponse.

C'est chose faite aujourd'hui.

 

En effet, la biostatisticienne (*) Katie POLLARD de l'université de Californie à San Francisco a récolté des milliers d'informations sur l'Adn des singes, d'autres animaux, et de l'homme.

Cette mine d'informations correspond à une pile de disques durs qui, avec les moyens les plus sophistiqués d'hier, aurait nécessité 35 ans de travail pour en tirer une étude statistique suffisante.

Passionnée d'informatique en plus de sa spécialité comme biologiste, Katie Pollard a élaboré un tout nouveau logiciel qui a fait le travail en une après-midi !... révélant ce qui rapproche les singes d'autres animaux, et ce qui le différencie de l'homme.

Il est apparu rapidement une des explications restée sans réponse à l'époque de Darwin quant à l'évolution du cerveau de l'homme au départ du volume crânien plus réduit des singes.

Ce logiciel a pu montrer que l'évolution du muscle maxillaire des singes a subi une mutation, permettant à ce volume de se développer pour devenir chez l'homme ce qu'il est aujourd'hui, avec une concentration de mutations au niveau des cellules du cortex cérébral développant l'intelligence.

 

Longtemps la Science a cru que l'Evolution prenait du temps et était complexe.

Certes, mais les travaux de Katie Pollard ont montré qu'une infime variation dans la configuration de l'Adn pouvait donner des mutations très importantes, nous rendant proches des singes ou nous faisant évoluer comme maintenant.

Ces variations peuvent entre autre être dues à l'environnement et à ses changements.

(On le sait aujourd'hui par l'épigénétique qui fait l'objet d'un article dans la rubrique Sciences et Vie ci-contre) NOS ETATS D'AME MODIFIENT NOTRE ADN (+définition de l'Epigénétique)

 

Mais quels sont les aspects de l'Adn qui prouvent cela de manière indiscutable, validant scientifiquement les travaux de Darwin et ses géniales intuitions ?

 

L'Adn possède plusieurs façons d'agir :

  • les gênes fabriquent de la matière
  • des "switchs" (interrupteurs chimiques) activent ou désactivent ces gênes (et c'est une découverte récente)
  • les composés chimiques des séquences d'Adn actionnent ces switchs.

Les switchs, inhibent ou activent un gêne voisin de la position de celui-ci, et sont ainsi capables de dire à celui-ci où, dans quelle partie du corps, à quel niveau, à quel moment... il doit agir.

 

C'est ainsi que d'infimes variations dans l'Adn peuvent engendrer d'énormes changements.

 

Les énigmes darwiniennes sont ainsi validées par la Science moderne.

 

 

source : émission sur Arte du 30/10/2010 à propos de Darwin.

 

(*) biostatisticienne = biologiste qui réalise des calculs statistiques sur le vivant.

Publié dans DOCUMENTAIRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article